Actualités

Image: Lors de la présentation du nouveau projet de coopération, Volker Manz, gérant de la coopérative BIOG, a souligné l'importance des débouchés fiables au prix équitable pour les producteurs - surtout au cas d'éventuelles récoltes instables.

Nouvelle initiative pour les céréales, la farine et le pain biologiques

23.5.2019


En collaboration avec la chaîne de supermarchés Cactus et les boulangeries artisanales Pains et Tradition, la coopérative BIOG a lancé une initiative intitulée « Zesummen fir eis Bio-Baueren » (Tous ensemble pour nos agriculteurs bio). Un autre partenaire déjà désigné pour rejoindre cette initiative est la boulangerie OIKO-Bakhaus de Munsbach. Ensemble, les participants soucieux de la qualité, qu’ils travaillent dans la production, la transformation ou la commercialisation, souhaitent renforcer la chaîne de valeur autour des céréales, de la farine et du pain bio.

Objectif déclaré de la nouvelle « tripartite » : contrer la pression sur les prix exercée par les multinationales grâce à la persévérance de petites et moyennes entreprises locales, dont certaines oeuvrent déjà depuis des décennies en faveur de l’agriculture biologique régionale. Afin de lui donner davantage de poids, les partenaires s’engagent à respecter une charte garantissant notamment des normes de qualité communes et des débouchés commerciaux, tout en assurant des prix équitables aux producteurs.

L’objectif est également de sensibiliser le consommateur final à l’importance de chaque maillon de la chaîne de valeur commune. Tous les trois mois, des analyses de marché réalisées collectivement viseront à dresser le bilan du trimestre écoulé et à dégager des perspectives quant à la structuration future de l’offre et des prix.

La transparence sur l’origine des matières premières et les conditions de production est un point auquel les participants attachent une importance particulière. Voilà pourquoi les signataires de la charte soutiendront les recherches de l’IBLA (Institut fir Biologësch Landwirtschaft an Agrarkultur a.s.b.l) avec une donation de 5.000 euros par an. Actuellement, IBLA est en train d’élaborer une analyse de durabilité spécialement conçue pour les exploitations agricoles. Dans ce contexte, les chercheurs développent un logiciel destiné à aider les agriculteurs lors de l’optimisation de leur gestion en voie du développement durable. Comme étape supplémentaire, l’échelle d’évaluation pourra aider au consommateur de se faire une idée des efforts déjà entrepris par l’agriculteur.

Pour l’instant, les fondateurs du projet espèrent que la promotion commune des pains artisanaux faits à partir des céréales bio de provenance régionale incite plus d’agriculteurs à convertir leur production à l’agriculture biologique. Voilà un objectif supplémentaire auquel les trois fondateurs se sont engagé par écrit.

Le point de presse s’est tenu à la ferme biologique de Serge van Dyck (3ème de g., avec sa femme et son fils) . Aux côtés du ministre de l’Economie, Romain Schneider (4ème de dr.), le pionnier de l’agriculture biologique au Luxembourg, Jos Schanck (3ème de dr.) et les représentants des trois partenaires, notamment Laurent Schonckert (Cactus, 4ème de g.), Volker Manz (coopérative BIOG, 5ème de g.) et Jean Kircher (Pains & Tradition, centre, avec la charte du projet). L’OIKO-Bakhaus de Munsbach est désormais désigné comme partenaire supplémentaire.